L'Air Du Temps

Kit de Survie Estivale

Vous partez en vacances, loin de votre ordinateur chéri, loin de votre chat qui crie quand il a faim et de votre bébé qui court partout en s’aggripant aux rideaux (ou l’inverse)? Vous partez à la plage, où vous n’avez rien à faire parce que l’eau est trop froide, il pourrait y avoir des requins, les sauveteurs ne sont même pas sexys, vos voisins de plage sont trop éloignés? Le soir, vous n’aurez rien non plus à faire parce que le gîte que vous avez loué n’a qu’une télé en noir/blanc rediffusant des émissions de Léon Zitrone et des chansons de Patrick Sebastien, même pas de wifi? Il pleut toute la semaine, vos voisins les plus proches sont à vingt bornes parce que « les vacances, c’est aussi le calme » (comprendre la solitude)? Alors, avant de partir, lisez ce qui va suivre si vous voulez survivre dans cet environnement hostile.
N’oubliez pas un certain nombre de machins inutiles et donc indispensables :

  • Un couteau suisse (mine de rien, ça peut être utile, l’ouvre-boîte… Sans compter que le gîte ne compte peut-être pas de tournevis, et comment survivre sans un bon tournevis?);
  • La série complète du Trône de fer, de George R.R.Martin (c’est une bonne occasion pour tout relire et essayer de comprendre pourquoi le frère de la reine ne veut pas que son autre frère tue un second prétendant au trône d’un dûché du sud grâce à une alliance avec un lord du nord pendant que les monstres envahissent le monde…);
  • La trilogie du Clan des Otori, de Lian Hearn (les volumes 4 et 5 ne valent rien, mais les trois premiers sont remplis de sang, de sexe, de stratégie, de poésie…Bref, tout ce qu’il faut.);
  • Une guitare (ca fait passer le temps, et puis c’est assez facile de se faire des amis ou de draguer, il suffit de poser sa main gauche sur le manche en gratouillant les cordes avec la main droite. Laissez-vous éventuellement pousser la moustache (pour mesdames, penser à acheter un postiche) pour ressembler à Brassens et emballer toutes les anarchistes locales, qui n’en ont rien à foutre, des conneries folkloriques en costume d’arrière-grand-mère);
  • Une serviette (ca se passe de commentaire, à part 42 pour ceux qui n’auraient pas encore compris);
  • 20 000 lieues sous les mers, de Jules Verne (comme ca vous pourrez au moins fantasmer sur ce qu’il y a sous l’eau, au lieu de contempler la marée verte dans laquelle des dizaines de parisiens vont se laver de la sueur de la journée. Et puis ça vous évitera de fantasmer sur vos voisines, qui risqueraient de le prendre mal);
  • Votre carte d’identité (au cas où l’UMP reviendrait donner des tongs et des préservatifs sur les plages et que les gentils donneurs soient accompagnés de gentils CRS. Un CRS en tenue de plage, c’est comme un CRS normal, mais ça essaye d’être discret et de se fondre dans le paysage en enfilant un marcel par dessus son armure);
  • Du chocolat (car n’oubliez pas qu’en chacun de nous, il y a un maigre et des tablettes de chocolat. A défaut d’avoir des tablettes de chocolat apparentes, vous en aurez dans le ventre. Déjà ça de pris, non?)
  • Quelques films un peu vieux et rigolos mais dont vous avez honte (genre OSS 117, Le grand blond… vous pouvez vous le permettre, en vacances, vos collègues ne sont pas là);
  • Le best-of de Toto Cutugno (pour draguer la jolie voisine de plage dont vous aurez réussi à vous rapprocher en faisant semblant de vous reculer pour éviter les trous qu’un gamin creuse à côté de vous en vous jetant du sable dessus, puis ensuite pour le dîner romantique, puis ensuite pour conclure (le dîner, bien sûr). Oui, c’est un peu kitsch, mais bon, les touristes, ça aime le folklore, c’est-à-dire n’importe quoi d’un peu vieux et/ou pourri…);
  • Ordinary Thunderstorms, de William Boyd (vous pourrez passer pour quelqu’un de cultivé et d’international et ainsi vous distinguer des bourrins locaux et folkloriques (cf plus haut), et vous réjouir en imaginant les anglais (aussi appelés rosbifs) se morfondre sous la pluie habituelle de leur climat humide et nuageux);
  • Des sous (on sait jamais…).

Les trucs qu’on emmène mais dont on ne se sert en fait pas :

  • Des classiques littéraires (« Je vais profiter de mon temps libre pour me faire une culture »… Quelle blague. Vous en connaissez, des gens qui lisent vraiment Les trois mousquetaires, Don Quichotte ou Madame Bovary en vacances, vous?);
  • Le livret de famille (« C’est pour profiter des réductions dans les musées »… Vous y allez souvent, vous, au musée, sans y être forcés?);
  • Un manuel pour apprendre l’espagnol/l’allemand/l’italien/le russe/l’azéri… (« Je vais profiter de mes vacances pour apprendre une nouvelle langue, ça a l’air simple et le vendeur disait que le livre était très bien fait pour les débutants »… Je ne connais qu’une personne qui ait appris des langues pendant ses vacances, c’était un linguiste du XIXe siècle dont j’ai oublié le nom. Et si vous voulez comprendre ce que racconteront les présentateurs azéris de l’Eurovision l’année prochaine, et bien inscrivez-vous à un cours d’azéri, au lieu d’acheter un bouquin qui moisira dans un carton dès votre retour);
  • Une carte de la France et de la région (C’est tellement plus drôle de se perdre. Et puis, vous avez remarqué? On ne pense à regarder la carte qu’une fois perdus, et donc sans avoir de points de repères…);
  • Une feuille avec les adresses de toute la famille (« Pour t’envoyer des cartes postales, mais oui mémé, tu seras contente, hein? ». Mais combien s’en souviennent? Et, plus important, qui a vraiment de l’inspiration? On dirait que, une fois la carte postale entre les mains, on ne sait plus quoi dire. C’est assez étrange. La carte postale doit être un vide linguistique. Il faudrait une théorie de la carte postale, unissant physique et linguistique);
  • Du travail (« Pour m’avancer pour la rentrée ». Ne fonctionne pas pour les ouvriers).

Les trucs qu’on emmène mais on n’ose pas le dire (« ah oui tiens, j’avais ça dans ma valise, moi? ») :

  • Pour monsieur : tous les hors-série de Playboy (en se disant que madame devrait essayer de ressembler à ça, mais sans le lui dire);
  • Pour madame : la collection complète de Elle/Marie-Claire/Psychologie Magazine (en se disant que monsieur devrait essayer de ressembler à ça, en le lui répétant toutes les cinq minutes);
  • Pour tous : des préservatifs(« On ne sait jamais… » Mais vous n’avez pas encore compris que votre voisine de plage est déjà casée avec le maître nageur qui en fait était pas si mal?);
  • Des cds de musique folklorique pour la route (« Pour commencer à se mettre dans l’ambiance », c’est-à-dire commencer dès le départ de Cherbourg à casser les pieds de tous vos voisins sur les bouchons de l’autoroute avec des chansons en provençal/en breton/en corse que personne ne comprend);
  • Des romans pourris (du type SAS (oui, vous savez, les petits bouquins noirs avec une fille dénudée sur la couverture?), Bob Morane (mais oui, cet aventurier qui, en trois pages, échappe à cinq attentats, un typhon, un tremblement de terre et arrive en même temps à arrêter le chef d’une mafia mondiale…) ou autre);
  • Un doudou (un(e) petit(e) ami(e) peut compter comme un doudou. Consulter la notice pour plus d’informations. Pas de service après-vente);
  • Un paquet de cigarettes (ou deux, ou trois. « Au cas où les patchs seraient pas efficaces »).
  • Plus de chocolat que ce qu’on a déclaré (« Tu crois qu’ils font du bon chocolat, là-bas? Pas sûr, hein… Jvais en prendre un peu plus, juste au cas où »);
  • De l’alcool « de chez nous » (« Je sais pas ce qu’ils boivent, mais ça doit pas être aussi bon que notre Chouchen/Fendant/Chartreuse/Côtes du Rhône/Schnaps/Bordeaux/Calva/Bourgogne [rayer la mention inutile] de chez nous »).

Les trucs que vous pouvez ne pas emmener :

  • La mémé (« Ben oui, désolé mémé, on a que cinq places dans la voiture et on est deux, plus les bagages… »);
  • Le piano à queue;
  • La crème solaire (loi mathématique : c’est les vacances => il pleut);
  • Des boîtes de sardines (ça doit être un mets universel, on en trouve n’importe où, même au supermarché de Ploufignec…Inutile donc d’en faire des provisions);
  • Des cravates (à moins que vous ne soyez notaires, comprenne qui voudra);
  • Le type des RG qui vous suit partout (non, je rigole, ne soyez pas paranos. Tiens, pourquoi la porte derrière vous vient de s’ouvrir?);
  • Le catalogue de La Redoute/des Trois Suisses/de la Camif/d’Ikea (On trouve très exactement les même bibliothèques Ikea Krübüdüflk à Trifougnec-sur-Poise que chez vous).

Si jamais vous vous ennuyez, malgré tout ce que nous faisons pour vous, voici une liste d’objets que vous pourrez essayer de trouver, ce qui occupera astucieusement votre temps. Si vous y arrivez, merci de nous envoyer les photos par mail, pour que nous comptions les points. Vous avez jusqu’au 1er septembre. Le gagnant recevra toutes nos félicitations, ainsi que (peut-être) un petit sac pour y ranger toutes ces saloperies tous ces beaux souvenirs.

  • Une guitare électrique avec une plaque de protection en or massif gravé à la main et figurant la cueillette des olives en Basse Provence vers 1850 (10 points);
  • Un string pour hommes rose avec des paillettes et des clochettes (15 points);
  • Un rasoir jetable décoré aux armes de la famille royale du Danemark mais en remplaçant (quel humour) les deux géants à moitié nus par des saucisses de Morteau tenant un bâton de réglisse (25 points);
  • La table utilisée par Napoléon Ier lors de la bataille de Waterloo (qu’il perdit, puisque son adversaire Wellington réussit à poser un valet qui fit perdre à Napoléon ses trois rois. Après quelques minutes éprouvantes, Wellington parvient également à prendre un valet à Napoléon grâce à un sandwich de trois)(50 points);
  • L’oie dont les plumes ont servi à Mozart pour écrire La flûte enchantée ou sa descendante (test ADN demandé) (15 points);
  • Un drap décoré des armes du village de Merdrignac (10 points);
  • Une photo du numéro 69 de la rue de l’Arrêt, à Montcuq (15 points);
  • Une réplique grandeur nature de Chewbacca (vous savez, la peluche de Star Wars…), rasée et habillée du string rose mentionné plus haut, tenant dans ses mains (ou ses pattes) la guitare susmentionnée et allongée sur le drap décrit plus haut (40 points);
  • Un sourire sincère (100 points);
  • Un billet de 1000€ (30 points, allez en prison, ne passez pas par la case départ, ne touchez pas mille francs);
  • Quelqu’un qui utilise naturellement l’imparfait du subjonctif et le passé simple lorsqu’il parle (25 points)
  • Une cravate violette décorée d’éléphants couleur lilas et de lignes grises et orange (10 points);
  • Un raton-laveur faisant du surf sur un canard (20 points);
  • Trois mousquetaires (15 points. Si quatre, un point bonus. S’ils ont des noms d’alcools, un point bonus par nom alcoolique).

Voilà. Grâce à nos conseils, facturés seulement 424 242, 42€ la seconde (vous recevrez la facture en fin de mois), vous pourrez enfin passer de bonnes vacances, la conscience tranquille, en étant certain d’être dans votre bon droit et de n’avoir rien oublié. Quoi qu’il en soit, votre voisine de plage n’étant pas libre, vous allez vous bourrer la gueule à une fête folklorique (cf plus haut), trouver une bonne fille du pays (comprendre folklorique) et essayer de la ramener en la faisant passer aux yeux de vos amis et collègues pour un souvenir de vacances. Si vous avez ramené le maître nageur, bonne chance pour en parler à vos parents. Toutes nos félicitations, quoi qu’il en soit. Si vous êtes une femme, vous allez revenir racconter à toutes vos amies et collègues que vous avez passé des vacances merveilleuses avec un homme magnifique, aussi beau qu’un croisement d’Alain Delon, Brad Pitt et Leonardo Di Caprio, mais avec l’intelligence d’Einstein et la culture d’André Malraux, alors qu’en réalité vous avez juste observé le maître nageur pendant 3 semaines avec des jumelles, maladroitement cachée dans le trou creusé par un gamin à côté de votre serviette, qui est d’ailleurs désormais complètement enterrée sous le sable dudit trou. Si vous avez ramené votre voisine de plage, bonne chance pour en parler à vos parents. Toutes nos félicitations, quoi qu’il en soit.

Si, malgré tout le soin que nous avons apporté à l’écriture de cet article, vous trouviez des lacunes évidentes ou si vous pensez que l’auteur a omis certains éléments qu’on ne doit pas oublier, n’hésitez pas à les rajouter en commentaire.

Publicités

À propos de Louis Tarpin

Traducteur indépendant, je voyage et vous propose mes services en freelance. Traduction, relecture, révision, écriture, transcription, d'anglais ou italien en français, je suis à votre écoute pour produire, ensemble, des textes de qualité. Je tiens également un blog de cuisine et de photographie.

Discussion

2 réflexions sur “Kit de Survie Estivale

  1. Excellent article !

    Une liste de choses à ramener un peu courte, malheureusement.
    Tu devrais faire une liste d’objets qui valent un point, mais qu’il faut impérativement acheter :
    -Un T-Shirt « I love Troufignac ».
    -Une carte postale, qu’on n’enverra jamais, parce qu’à Troufignac y’avait pas de Poste.
    -Une boule à neige. Avec une maquette de Troufignac dedans.

    Et tant d’autres merveilleux souvenirs qui iront trôner fièrement au fond d’un carton 😉

    Bonnes vacances !

    Publié par Lexane Sirac | 06/11/2011, 21:15

Rétroliens/Pings

  1. Pingback: Sur la route des vacances culturées « Les Bloggers Anonymes - 07/12/2011

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Les Mieux Notés

Suivez-nous sur Twitter !

Nos derniers tweets

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.

%d blogueurs aiment cette page :