L'Air Du Temps, Sur la Toile

Facebook, le fléau nécessaire (ou quelque chose comme ça.)

Eh bien voilà, l’aventure se termine ici. De “Je suis une héroïne qui quitte Facebook”, je passe à “Mark Zuckerberg est en effet le roi du monde”.
J’avais décidé, le 4 avril, il y a deux mois et quatre jours donc, de quitter Facebook. Brillante décision, pleine de bonne volonté, qui me permet aujourd’hui de prouver… qu’il est impossible de ne pas avoir Facebook de nos jours.
Partage de photos, nouvelles d’amis éloignés, liens intéressants, bien sûr, sont les choses qui nous manquent le plus rapidement. Mais de loin les plus superficielles – on s’y fait très vite, à vrai dire.
Les anniversaires ? Aucun problème, on reprend les bonnes vieilles habitudes d’un autre temps, on les note à la main (ou alors, dans notre téléphone). Tout va bien de ce côté-là aussi.
Les évènements ? Et voilà, on touche le point le plus sensible de l’affaire. Une fête s’organise, bon, on peut être mis au courant par un ami, et au pire, on la rate. Par contre, quand c’est une réunion importante, ce genre d’opérations qu’on ne peut pas se permettre de négliger, c’est beaucoup plus embêtant.
Et puis pour les relations sociales… Evidemment, on se dit qu’on peut bien se faire des amis sans Facebook. Eh bien, c’est faux. Vraiment. On se fait des amis, et puis deux jours plus tard ils ont oublié notre existence, parce que le Facebooker lambda s’est habitué à voir les noms et photos des personnes qu’il apprécie. Conclusion : celui qui n’a pas Facebook n’est pas un vrai ami. C’est totalement involontaire de la part du Facebooker, mais c’est un fait.

Voilà pour les généralités qui me viennent tout de suite à l’esprit. Ensuite, pour mon expérience personnelle fraîchement acquise côté social.
-Je suis partie en Italie pendant deux semaines en stage dans une agence de voyages, hébergée par une famille d’accueil (d’où mon absence du blog depuis un bon moment, toutes mes excuses) ; le père de famille m’a avoué qu’ils avaient failli refuser de m’héberger, ne disposant en effet d’aucune information personnelle sur moi qu’ils puissent vérifier par Facebook. Pour reprendre ses paroles, rien ne prouvait que j’existais vraiment si je n’avais pas de compte Facebook.
-Je me suis fait d’excellents amis récemment ; des amis à qui je n’ai jamais reparlé ensuite. Le point positif de Facebook, c’est qu’on prend des nouvelles de manière “passive”. Pas besoin d’aller quémander des informations sur la vie de la personne à qui on parle – du coup, quand on n’a pas Facebook… on n’a pas de nouvelles.
-J’ai essuyé un refus d’embauche, pour la raison (discutable) que les recruteurs ne pouvaient pas “évaluer ma personnalité” sans plonger au coeur de ma vie privée, c’est-à-dire, sans voir mon profil Facebook. Alors bien sûr, ils peuvent aussi se baser sur LinkedIn et Viadeo, la différence étant qu’on soigne son profil sur les deux derniers sites, alors que sur Facebook, on ne peut pas vraiment contrôler ce qui est publié, par conséquent on s’y expose de manière bien plus “intime” et donc plus “vraie”. Et puis, dans mon cas, LinkedIn et Viadeo, ce n’est pas très viable – pas à dix-sept ans, quand on ne rejoint qu’à peine le monde de l’entreprise.
-Et certains sites ne sont plus accessibles que par Facebook Connect. C’est très désagréable, d’ailleurs.

Conclusion, celui qui n’a pas Facebook aujourd’hui n’est qu’un être transparent, même pas un humain normal, un triste personnage qui se met volontairement au ban de la société. Voilà le paradoxe moderne : vous voulez une vie ? Devenez un no-life !

(L’aventure ne s’arrête pas là. Maintenant, je vais regarder s’il est possible de limiter le temps passé sur Facebook ; est-ce forcément tout ou rien ?)

Publicités

À propos de 'LeX.

Je suis née le 27 mars 1994 à Grenoble, mais ma famille a déménagé au Québec quand j’avais un an, pour ne revenir qu’en 2003 là où je suis née. J’ai passé mon bac S option internationale anglais en 2009, à 15 ans, et ai fait partie de l’équipe de France de short-track (patinage de vitesse sur glace) avant de finalement choisir d'arrêter ce sport en mars 2o11.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Les Mieux Notés

Suivez-nous sur Twitter !

Nos derniers tweets

%d blogueurs aiment cette page :