Culture, L'Air Du Temps

La psychologie de la culture

Et Dieu Crea l'Homme...


Est-ce que par hasard vous lisez des articles sur la psychologie ou la biologie humaine(s)? Moi ca m’arrive. Et je suis souvent gêné par un petit mot qui vient poser problème dans presque tous les articles en langue française. Principalement dans les articles traitant des différences homme/femme (anxiété, désir sexuel, amour, joie… sont/seraient ressentis plus ou moins en fonction du sexe).

Avant qu’on ne me l’objecte, non, je ne suis pas un spécialiste, non, je ne lis pas les articles hyper-spécialisés, non je n’ai pas de connaissances particulières en psychologie ou en biologie. Voilà, c’est dit. Je suis un amateur.

D’accord. Sauf que pour ce qui est de la langue, je m’y connais un minimum, et je n’aime pas qu’on l’utilise mal. Et cela arrive trop souvent dans les articles susmentionnés. En effet, si vous en lisez, il ne vous aura pas échappé que, généralement, on dit que les hommes (ou les femmes) sont « programmés » différemment. Le problème vient de là.

Programmer signifie, théoriquement, imposer la volonté d’un humain (le programmeur) à une machine non-pensante (un appareil quelconque) (en gros). L’utiliser pour parler de la mentalité ou du corps humains suppose donc deux idées que je considère comme néfastes, et, de toute façon, contraires au développement de la science tel qu’on l’entend aujourd’hui. Cela suppose qu’un être supérieur à nous nous a façonnés comme il le voulait; cela suppose que nous avons subi passivement ces changements qu’on nous a imposés.

Sur l’être supérieur, admettons qu’en fait les scientifiques ne parlent que de la nature et pas d’un dieu (quel qu’il soit). Admettons que ce soit la nature qui nous ait changés. Mais je pense, sur la base de tout ce que j’ai appris, que les changements de l’humain sont le fruit certes de la nature, mais surtout de nos interactions avec la nature. Autrement dit, c’est le lien entre nous et la nature qui nous a fait changer. Alors que l’évolution des programmations n’est pas liée aux machines; c’est l’homme qui décide de changer la configuration de son ordinateur.

Sur la passivité supposée de l’homme par rapport à ses changements, tout a été dit. Et plus l’homme évolue (prenez-le dans le sens « d’évoluer dans le temps« ), moins il est passif. Les comportements sont aujourd’hui beaucoup plus culturels que naturels. Car c’est de ça qu’il est question en réalité.

Au fond, les scientifiques (ou leurs traducteurs) qui utilisent le mot « programmés » pour parler des humains considèrent que les comportements de l’homme sont naturels. Et lorsqu’ils disent que ce sont les changements culturels qui ont programmé l’homme pour avoir un certain comportement, alors ils sont illogiques. Car le changement culturel, c’est l’homme qui l’a créé. C’est donc un aller-retour entre l’homme et sa « créature » (la culture), ce qui n’a rien à voir avec la programmation (un aller simple de l’homme vers sa créature (la machine)).

Par ailleurs, autre problème : on étudie tous les comportements du cerveau humain (stress, anxiété, joie, etc) sur des cerveaux … de rats et de rates. Ou de singes, à la limite. Sauf que là, pour le coup, il n’y a pas d’élément culturel. Oui, la recherche sur des humains pose des problèmes éthiques (mais l’expérimentation animale en pose aussi beaucoup). Mais essayer de savoir si l’anxiété est un facteur culturel en expérimentant les réactions d’un cerveau de rat face à certaines hormones, c’est paradoxal.

Jusqu’à preuve du contraire, les animaux n’ont pas de culture. Ce qui ne veut pas dire qu’ils soient dépourvus d’intelligence. Mais une culture, pour faire simple, c’est une construction d’une race animale qui transcende les frontières naturelles (rivières, montagnes…) et qui influe sur la vie même de chaque individu tout en étant incarnée en aucun d’entre eux. Les animaux, hors l’homme, ne possèdent pas de culture; leurs comportements sont déterminés par leur environnement uniquement. Autrement dit, les preuves d’intelligence de divers animaux (retrouver son chemin dans un endroit inconnu, distinguer des objets, utiliser des objets, etc) sont naturelles et non culturelles. Quant au dressage, il ne peut pas être considéré comme une culture, puisque c’est l’homme qui apprend (impose) à l’animal quelques « tours » calqués sur le comportement humain.

Ainsi, vouloir définir les effets de la culture sur un animal suppose de considérer l’homme comme exclusivement naturel (et donc considérer qu’il n’a pas de culture), ou de considérer que la culture n’est qu’un produit de la nature. Nouveau problème : on voit bien vite que l’homme a une culture, et qu’elle n’a rien de naturel. Si un bon nombre de personnes aujourd’hui portent un jeans dans la rue, à Shangaï comme à Moscou comme à Paris comme à Washington DC comme à Tombouctou, il est évident que ce n’est pas lié au climat. Ces cinq villes ont des climats extrêmements variés, du plus chaud au plus frais; et pourtant l’habillement est sensiblement le même. Hors, la nature, pour le coup, nous aurait dicté de porter des vêtements plus légers à Tombouctou et plus épais à Moscou. La mode, c’est culturel.

La conclusion de tout cela? C’est que la science, en tout cas dans les articles non spécialisés francophones, est basée sur un paradoxe. Et il n’y a pas besoin d’être un grand savant pour se rendre compte que baser tout un raisonnement sur un paradoxe est au mieux impossible, au pire stupide.

Publicités

À propos de Louis Tarpin

Traducteur indépendant, je voyage et vous propose mes services en freelance. Traduction, relecture, révision, écriture, transcription, d'anglais ou italien en français, je suis à votre écoute pour produire, ensemble, des textes de qualité. Je tiens également un blog de cuisine et de photographie.

Discussion

6 réflexions sur “La psychologie de la culture

  1. Et si cette « programmation » dont tu parles était tout simplement physiologique ? Par exemple, si l’on considérait que l’organisation neuronnale induit fortement sur la capacité intellectuelle ? Il est maintenant prouvé grâce à l’IRM que le taux de myéline qui accélère le processus de transmission d’info fait que certains individus pensent plus vite et/ou différemment que d’autres.

    Ainsi donc cette programmation existerait bel et bien, sans toutefois être dûe à une quelconque intervention supranaturelle ! (ou tout autre dogmatisme d’ailleurs).

    Cela serait donc une explication a fortiori des différences entre individus qui justifierait par conséquent tous ces longs articles sur l’activité comportementale des êtres humains.

    Il faut bien partir avec un postulat de départ : soit on nait tous égaux et là les différences sont culturelles, soit on dès le départ les dés sont pipés à cause (ou grâce à !) de différences physiologiques.
    Choisis ton camp camarade !!

    NB : continue tes proses, c’est un plaisir de te lire !

    Publié par laurence | 05/13/2011, 16:47
  2. Relisez mon article attentivement, s’il vous plaît. J’ai dit que l’on pouvait admettre que l’intervention extérieure soit la nature et non un dieu quelconque (ou pas quelconque, d’ailleurs).

    Quant à choisir le camp, c’est vrai que nous le pouvons. Ca n’a finalement pas beaucoup d’importance. Mais l’idée que retiendrons les scientifiques déterminera presque tous leurs résultats (puisque les méthodes seront axées différemment), ce qui est, vous en conviendrez, plus délicat à gérer…

    Merci pour le compliment.

    Publié par Louis Tarpin | 05/13/2011, 20:04
  3. Mais pourquoi choisir un camp définitif? Tous les étudiants en psy (ou en sociologie, etc…) que je connais retiennent surtout l’idée que c’est l’état présent de l’humain et de sa psychologie que l’on veut comprendre, et on veut savoir à quel point, et comment, il peut être influencé. Cela n’a pas nécessairement à avoir avec une ‘programmation’ ou une influence purement culturelle.
    Et si la question est philosophique, ou pour se rassurer avec un postulat de départ, il faudrait non seulement expérimenter sur des humains (depuis la naissance), mais aussi avoir des informations qui remontent aux débuts de l’humanité, car nous avons changés depuis.
    En terme de méthode scientifique, choisir un camp est une erreur, pour précisément la raison que Louis évoque. Le moindre bias d’opinion se traduit dans la méthode et dans la lecture des résultat. Cela est encore plus prononcé dans des sciences qui touchent les gens plus personellement, et donc nous nous devons de douter, de rester indécis quand il n’y a pas assez de preuves pour prendre un décision rationelle sur l’option la plus probable.

    Pour ce qui est du terme de ‘programmation’, je reconnais qu’il est maladroit, mais je considère qu’il englobe les effets de la génétique et de la société sur notre dévéloppement raisonnablement bien ; car si nous contribuons à notre propre dévéloppement par nos actions, la culture nous est imposée, et nous ne l’influençons que légèrement. La ‘programmation’ mentionnée est donc celle de l’individu, et non de l’humanité.
    Finalement, il ne faut pas oublier que la programmation est un milieu qui avance très vite : les rudiments des machines qui apprennent et donc évoluent (dans le temps) commence à apparaître, et donc l’idée que la programmation n’est pas toujours seulement subie se répand.

    Publié par Siddharth Madhusudan | 05/14/2011, 02:14
  4. « tout a été dit. » puis-je m’insurger contre cette fermeture de débat que rien ne justifie, sinon la formule littéraire ? depuis quand un débat scientifique est-il jamais clos ? Aucun domaine de la science ne sera jamais absolu, et encore moins connu complètement.

    « un aller-retour entre l’Homme et sa créature (la culture). » Cette séparation a un certain intérêt, mais elle est à mon humble avis inexacte : la culture n’existe pas distinctement de l’homme : elle fait partie de lui comme lui fait partie d’elle. C’est donc directement sur lui-même que ‘homme agit, comme tu le soulignes, mais à un degré de proximité bien supérieur à ce que tu laisses entendre. Par sa modification de lui-même, l’homme est donc bien « naturel ». Puisqu’il utilise ce avec quoi il est né (son intelligence), pour s’influencer lui-même.
    Ainsi que, par exemple, c’est en créant des règles communautaires (défi du chef, place des jeunes) que les loups en meute vivent, survivent et ‘adaptent.
    Même si, en effet, l’environnement n’est jamais loin. Mais qui a dit que l’environnement de l’homme n’avait aucune influence sur lui ?

    « sur des cerveaux… de rats et de rates. Ou de singes, à la limite. » Ce qui est, en un mot, complètement, absolument, entièrement faux. J’ai moi-même il y a plusieurs mois participé à une expérience, destinée à étudier les réactions de mon cerveau suivant certains stimuli visuels, en condition de stress et de repos.
    Oui, certains procédés d’expérimentations posent des problèmes étiques. Oui, les animaux sont plus souvent utilisés que les humains. Mais les tests cliniques sur des antidépresseurs (issus de ces mêmes expérimentations sur les rats soumis à certaines hormones) ont également été menés sur des humains, volontaires bien entendu. Ce sont des mesures protocolaires communes à beaucoup de règlementations des médicaments (regarde les exigences du département américain de la Santé. Et je ne parle pas des Suisses….)

    « Ainsi, vouloir définir les effets de la culture sur un animal suppose de considérer l’homme comme exclusivement naturel (et donc considérer qu’il n’a pas de culture), ou de considérer que la culture n’est qu’un produit de la nature. Nouveau problème : on voit bien vite que l’homme a une culture, et qu’elle n’a rien de naturel ». Pourrais-tu étoffer cet argumentaire ? cela ferait un très beau fleuron de tes données polémiques.
    En effet, tu remarqueras que le phénomène de mode s’adapte à l’environnement (donc la culture est liée au climat), l’habillement n’est pas le même à tombouctou qu’à moscou (un T-shirt pour l’un quand l’autre a besoin d’un manteau ? Et tu verras beaucoup plus de jeans à moscou qu’à tombouctou, et sans doute pas la même version : shorts, contre bottes ?)
    Cet exemple n’étant pas applicable, j’aimerais que tu expliques pourquoi la culture, créée par l’humain, n’est pas naturelle (étant pourtant produit d’un processus naturel !)

    « La conclusion de tout cela? C’est que la science, en tout cas dans les articles non spécialisés francophones, est basée sur un paradoxe. Et il n’y a pas besoin d’être un grand savant pour se rendre compte que baser tout un raisonnement sur un paradoxe est au mieux impossible, au pire stupide. »
    Te prétends-tu logicien (qui est une branche des mathématiques !) pour définir ce qu’est qu’un raisonnement ? Et ce, d’autant plus que tu parles d’articles non spécialisés portant sur la science !
    Un paradoxe de raisonnement ? Par exemple : en physique, l’évolution d’un système est prédictible avec exactitude. (Sans approximation ! Par expression mathématique du processus et des ses mécanismes.) Pourtant, il est impossible de décrire un seul des états (du début à la fin) de manière exacte, parcequ’il sont compris dans un ensemble de probabilités.

    Par réponse à l’article lui-même… le terme de programmation est en effet inexact parcequ’il suppose un acte conscient, or les thérioes et modèles actuels excluant une intelligence consciente de notre type extérieure à nous (hormis l’hypothèse d’un dieu) ne l’envisagent pas.
    Par contre, j’ai en tête une théorie complexe que l’on peut pourtant résumer très simplement : le principe d’émergence, à savoir : le tout est plus que la somme de ses parties. cela permet d’expliquer notre intelligence consciente comme part intégrante du processus d’apparition de la vie (lui-même partie de la création et évolution de l’Univers). Quoi de plus naturel alors que notre intelligence commune se développe, et transcende nos esprits individuels ? Attention ! je ne parle pas ici d’une intelligence d’essaim (nous n’y sommes pas. Pas encore, et je suis sérieux sur le « pas encore. ) Par contre, peut-être pourrait-on avancer l’idée selon laquelle la culture serait notre « code génétique de conscience », un peu comme un inconscient collectif… une culture commune à nous tous, (et là je retourne à mon « pas encore » 🙂 cellules-esprits d’un organisme conscient gigantesque en gestation ! (peut-être…)
    A voir, donc… Mais, non naturelle, la culture ? Je ne crois pas… à moins que tu opposes des phases précoces de vie (plantes, bactéries, animaux) comme naturels aux développements de notre intelligence, qui est en effet une étape majeure dans le processus évolutif qui a commencé il y a 13 milliards d’années de cela…

    Ah, aussi : attention aux axiomes ! Nos sciences sont fondées dessus… ce qui , à mon avis, n’est pas une bonne chose.

    Par réponse à Siddharth : des machines qui apprennent… As-tu vu un xkcd d’il y a quelques semaines ? Il leur reste encore à apprendre à apprendre, puis à enseigner….
    Ah, et je suis désolé de ne pas avoir vraiment répondu à l’article… en fait, j’ai surtout des réactions concernant certains points qui me touchent un peu, mais sinon, l’idée de départ ne m’est pas opposée.
    Bonne soirée !

    Publié par Kser A. | 05/14/2011, 20:54
  5. oulà ! ca cause hard… je me sens petit o.0

    vous réfléchissez combien de temps là-dessus avant de répondre ???

    Enfin… je veux aider un peu, mais chuis pas sûr de dire… on va dire juste répondre à l’article, les commentaires sont un peu compliqués.

    Mec, quand tu dis une entité supérieure… pourquoi pas dieu ? programmer, ca vient des ordis, donc dès le moment où on a pu dire à quelquechose complètement sous nos ordres qui ferait exactement ce qu’on lui dirait, même si elle doit s’éteindre pour ça. avant, on disait dresser un animal, non ?

    peutêtre que on est programmés, en fait…
    moi, je dis, on a même des suicides ! si c’est pas un preuve que les gens suivent une idée ?
    c’est vrai, on sait pas si on a un destin ou pas. Mais pourquoi la nature dont tu parles, ça serait pas dieu ?
    on dirait que tu as peur d’admettre qu’il y a des choses qui nous dépassent…

    le prenez pas mal, hein ! moi, je dis ça, je suis pas sûr non plus… mais je sais qu’y a plein de choses qu’on sait pas, l’univers, la vie, voilà… donc, un dieu qui nous a dirigés… ben, on y peut rien, je suppose. dieu ou naturer, on es comme ca.

    hé ! tout cque j’ai écrit ! y sont fun vos articles, ils font ércire long 🙂

    Publié par 07 | 05/19/2011, 10:06
  6. En réponse à Kser : la logique n’est pas une branche des mathématiques! Si des similarités se font voir, c’est dû à une méthodologie très similaire à la base : la construction d’un langage inambigu. Bref, ce n’était pas le centre de ton argument, donc ce n’est pas grave.

    Et quant aux machines qui apprennent, je voulais juste dire que l’idée est répandue aujourd’hui. Il y a un travail sérieux fait sur le sujet et un progrès substantiel accompli. Donc l’idée que notre usage du mot ‘programmer’ puisse changer n’est pas impossible.

    Puis en réponse à 07 : quand Louis a fait référence à une entité supérieure, il n’a pas réfuté la possibilité d’un dieu, seulement l’a présenté comme une parmi d’autres.
    Et quant aux ‘choses qui nous dépassent’, même si l’on accepte la possibilité que de telles choses existent, cela ne veut pas dire qu’il faut arrêter d’essayer de comprendre. On ne sait pas où (et si) de telles limites existent, et en tant que tel, il ne faut pas juste admettre un dieu, ou une programmation, ou quoi que ce soit. Il faut continuer de chercher, d’étudier, de comprendre, et de réfléchir, tout en acceptant la possibilité de l’existence d’un dieu, etc… Mais bon, je m’éloigne du sujet.

    Je ne comprends pas, par contre, en quoi des suicides (que ce soient des individus ou un groupe) prouvent un programmation quelconque… Est-ce que tu pourrais clarifier?

    Publié par Siddharth Madhusudan | 05/19/2011, 13:02

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Les Mieux Notés

Suivez-nous sur Twitter !

Nos derniers tweets

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.

%d blogueurs aiment cette page :